mardi 30 juin 2015

Délinquance : une situation globalement en baisse à Six-Fours (Var)




Le 26 juin dernier s'est tenu le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la délinquance (CLSPD) en présence du maire Jean-Sébastien Vialatte et de son adjoint à la sécurité Thierry Mas Saint-Guiral, du directeur départemental de la sécurité publique M. Lopez, du commissaire Valérian et de nombreux acteurs locaux . Une réunion dont le but est de dresser un bilan et de mettre en place une politique de prévention commune à tous les intervenants et institutions, et donc plus efficace.

La séance s'est déroulée en présence des représentants des transporteurs public (Réseau Mistral et Conseil Général), des bailleurs sociaux, de la protection de l'enfance, de l'APEA (Association Prévention Aide Insertion), de la direction générale des services de la ville, de l'Adeto, et de la police municipale avec Blaise Pappalardo.


Le commissaire Vallérian a tout d'abord dressé un premier bilan soulignant pour les 5 premiers mois 2015 la baisse globale des cambriolages sur notre commune. Il a cependant fait remarquer l'augmentation des vols à la roulottes. : « les automobilistes doivent veiller à ne rien laisser traîner dans leur véhicule » a-t-il précisé.

Egalement évoquée, la baisse de 15 % sur les cinq premiers mois concernant les vols de véhicules automobiles et une baisse de vol des deux roues de 37 % lié au fait de l'intensification des contrôles. 
Forte baisse également des incendies, trois seulement se sont déclarés depuis le début de l'année. 


«Ce qui augmente ce sont les escroqueries liées à Internet...


Lire la suite : Ouest-Var.net


Caroline Pozmentier (LR), adjointe à la sécurité à Marseille : “La Police municipale pourra travailler la nuit”

“La Police municipale pourra travailler la nuit” (La Provence)Retrouvez dans la Provence l’essentiel de mon intervention lors du Conseil Municipal du 29 juin 2015, lors duquel a été approuvée la création d’une brigade de nuit de la Police municipale :“Une fois dotés d’armes à feu (pas encore livrées) et formés à leur utilisation, les policiers municipaux pourront travailler de nuit. Ainsi en a décidé hier matin le Conseil Municipal, entérinant le projet d’une équipe de 46 policiers volontaires (parmi les 420 agents) chargés d’assurer dès que possible la sécurité des Marseillais de 18 heures à 4 heures, soit une première depuis la création de la Police municipale en 1975 avec des vacations allant de 6 heures à 20 heures en dehors des événements festifs organisés par la Municipalité. Ceux-ci seront chargés d’assurer les mêmes missions que les unités de jour : la tranquillité publique, les infractions au Code de la route, le soutien à la RTM ou à la Police nationale, … “Notre police sera présente sur la voie publique quasiment 24 heures sur 24, tout comme au centre de supervision urbain [CSU], et le PC radio de nuit aura pour fonction de servir d’interface entre les agents engagés sur le terrain et les autorités des Polices municipale et nationale […] pour des enjeux de tranquillité publique, c’est un message fort que nous lançons […] la “ville intelligente” commence par une ville sûre : la “safe city”, nous en avons construit les fondations”, a expliqué Caroline Pozmentier, Adjointe au Maire de Marseille déléguée à la Sécurité publique et à la Prévention de la délinquance.”
Retrouvez dans la Provence l’essentiel de l'intervention de Caroline Pozmentier lors du Conseil Municipal du 29 juin 2015, lors duquel a été approuvée la création d’une brigade de nuit de la Police municipale :
Une fois dotés d’armes à feu (pas encore livrées) et formés à leur utilisation, les policiers municipaux pourront travailler de nuit. Ainsi en a décidé hier matin le Conseil Municipal, entérinant le projet d’une équipe de 46 policiers volontaires (parmi les 420 agents) chargés d’assurer dès que possible la sécurité des Marseillais de 18 heures à 4 heures, soit une première depuis la création de la Police municipale en 1975 avec des vacations allant de 6 heures à 20 heures en dehors des événements festifs organisés par la Municipalité. Ceux-ci seront chargés d’assurer les mêmes missions que les unités de jour : la tranquillité publique, les infractions au Code de la route, le soutien à la RTM ou à la Police nationale, … “Notre police sera présente sur la voie publique quasiment 24 heures sur 24, tout comme au centre de supervision urbain [CSU], et le PC radio de nuit aura pour fonction de servir d’interface entre les agents engagés sur le terrain et les autorités des Polices municipale et nationale […] pour des enjeux de tranquillité publique, c’est un message fort que nous lançons […] la “ville intelligente” commence par une ville sûre : la “safe city”, nous en avons construit les fondations”, a expliqué Caroline Pozmentier, Adjointe au Maire de Marseille déléguée à la Sécurité publique et à la Prévention de la délinquance.

Mairie FN du Pontet (Vaucluse) : nouvelle manifestation des agents inquiets avant le conseil municipal



Ce mardi 30 juin, un peu avant 18 heures, les agents municipaux de la commune du Pontet (Vaucluse), inquiets pour leur prime annuelle, ont manifesté devant l’hôtel de ville, avant le conseil municipal...

Lire la suite : Le Dauphiné

Régionales Nord Pas-de-Calais-Picardie - Transports : au lieu d’insulter l’Europe, utilisons-la pour donner du travail à notre Région !



La Commission Européenne a présenté aujourd’hui la liste des projets de transports qui pourront faire l’objet d’un co-financement européen.
Notre nouvelle grande région pourra ainsi bénéficier d’un soutien financier massif de la part de l’Europe.
La liaison Seine-Escaut, dont le maillon central à construire, le Canal Seine-Nord Europe, devrait générer 10 000 emplois, et l’exploitation des milliers d’autres, devient le principal bénéficiaire des financements européens, tous projets européens confondus, avec près de 980 millions d’euros.
Un autre projet phare dans notre grande région, Calais Port 2015, serait co-financé à hauteur de 83M€.
C’est la preuve que notre grande région a besoin de l’Europe. Plutôt que d’insulter l’Europe matin, midi et soir, utilisons-la pour donner du travail à notre Région !
Je veux saluer aussi le travail remarquable de Dominique Riquet, vice-président de la commission des transports et du tourisme du Parlement européen.


Communiqué de presse de Sébastien Huyghe, député du Nord des Républicains – « Marine Le Pen : j’ai pas envie mais j’y vais »



MARINE LE PEN : J’AI PAS ENVIE MAIS J’Y VAIS
La fille de Jean-Marie Le Pen a indiqué aujourd’hui, depuis Bruxelles (quel mépris !), qu’elle serait candidate aux élections régionales de décembre prochain en Nord/Pas-de-Calais/Picardie. Le moins que l’on puisse dire c’est que cette candidature est faite à reculons.
Ses longues hésitations et tergiversations démontrent que c’est contrainte et forcée par des éléments extérieurs que la fille Le Pen en est arrivée à cette candidature. En effet, la concurrence qui fait rage au sein du clan Le Pen ne permettait pas à la fille (Marine) de laisser la nièce (Marion) être seule candidate dans une région (PACA) ce qui lui aurait permis d’attirer sur elle seule toute la lumière médiatique. Au surplus, comment expliquer aux militants qu’on nourrit de grandes ambitions pour soi-même mais que l’on rechigne à se présenter à une élection préalable importante ?
Madame Le Pen connaît fort mal notre Région, elle qui ne l’aperçoit que par la fenêtre d’un TGV (Thalys) Paris-Bruxelles lorsqu’elle va chercher ses indemnités de parlementaire européen. Notre Région a trop souffert du déclin pour se donner à des élus TGV qui ne souhaitent se servir d’elle que comme tremplin pour satisfaire d’autres ambitions personnelles.
Les socialistes qui ont dirigé notre Région depuis toujours ont provoqué son déclin et maintenu ses indicateurs sociaux et de santé aux derniers rangs de notre pays. Le Front National qui prospère et surfe sur cette situation rendrait ce déclin irréversible. Madame Le Pen qui a soutenu Monsieur Tsipras en Grèce ne doit pas être en situation de mettre notre Région Nord/Pas-Calais/Picardie à genoux comme l’est la Grèce aujourd’hui. Les habitants de notre Région refuseront d’être son laboratoire !
Notre Région ne s’en sortira que par le travail avec Xavier Bertrand.

Sébastien Huygue
Porte-parole des Républicains
Député du Nord


Toulon : saisie historique de cannabis par la police



C’est une saisie historique que les policiers ont réalisé à Toulon, vendredi dernier, en ouvrant le coffre d’une voiture en apparence banale, qui stationnait sur une grande avenue de l’Est toulonnais (l’avenue Joseph Gasquet).
À l’intérieur, il y avait pourtant quinze grands sacs de voyage, placés dans le coffre et sur la banquette arrière. La Peugeôt 3008 grise, aux vitres fumées et immatriculée en France, contenait pas moins de 500kg de résine de cannabis...

Lire la suite : Var Matin

Chaleur : ne jamais laisser votre animal enfermé dans une voiture




Une chaleur écrasante s’installe dans toutes les régions de France. Au soleil, un animal enfermé dans une voiture peut mourir en moins de dix minutes. 30millionsdamis.fr lance un appel à la vigilance.

En été, il ne faut jamais laisser un animal enfermé dans une voiture ! En quelques minutes, la température dans l’habitacle peut dépasser les 40°C et être fatale pour votre compagnon. Et ce, même si une ou plusieurs fenêtres sont entrouvertes ou que vous êtes garés à l’ombre. Pensez-y, le soleil tourne vite !

Sur la route des vacances, installez des pare-soleil (ceux utilisés pour les enfants) pour protéger au mieux votre chien ou votre chat pendant le voyage. Retrouvez tous nos conseils pour bien voyager en voiture dans notre article.
Votre animal peut souffrir de la chaleur : il est aussi sensible qu’un nourrisson en raison de sa difficulté à réguler sa température interne. Pour le rafraîchir et l’hydrater au maximum, adoptez quelques bons réflexes avec notre article « Le soleil, ennemi de nos amis ».

Savoir quoi faire
Vous venez d’apercevoir un chien enfermé dans une voiture au soleil ? Appelez immédiatement la police ou la gendarmerie locale. En effet, l'article 20 de la loi du 6 janvier 1999 [codifié sous l'article 214-23 (3°) du Code rural, NDLR] vous permet de faire procéder à l'ouverture du véhicule stationné en plein soleil lorsque la vie de l'animal est en danger, en présence d'un gendarme ou d'un policier.
Vous estimez que la situation est urgente et vous ne pouvez pas attendre les secours ? L’article 122-7 du Nouveau Code de procédure pénale, précise que « n’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien ». Mais malheureusement cette bonne action engageant votre responsabilité, le propriétaire du véhicule pourra se retourner contre vous et porter plainte pour « effraction ». 




Financement du tunnel ferroviaire Lyon-Turin : "Merci l'Europe !"




Communiqué de Françoise Grossetête, députée européenne des Républicains : 

Financement du Lyon-Turin: "Merci l'Europe!"
La Commission européenne a publié hier soir une liste de 276 projets de transports qu'elle accepte de subventionner, pour un montant total de 13,1 milliards d'euros. Le tunnel ferroviaire du Lyon-Turin recevra 813,8 millions d'euros soit 41% du coût total.
Une telle annonce était très attendue en Rhône-Alpes, je me félicite que la Commission européenne ait pris toute la mesure de l'importance de ce projet, non seulement pour la Région mais également pour les millions de citoyens européens qui souhaitent traverser les Alpes dans de meilleures conditions.
Ce projet a été sélectionné parmi plus de 700 dossiers dans le cadre des premiers appels à propositions au titre du mécanisme pour l'interconnexion en Europe.
La construction d'un réseau transeuropéen constitue un élément majeur de la compétitivité économique de l’Union européenne. Il acheminera aussi plusieurs dizaines de millions de tonnes de marchandises par an à travers les Alpes dans des conditions maximales de sécurité et de respect de l'environnement.
La décision de financement doit être formellement adoptée le 10 juillet, puis les conventions de subvention doivent être signées avec les bénéficiaires durant le second semestre, pour des versements à partir de 2016.




Fronde d'une centaine de militants FN contre le choix de leur tête de liste dans les Alpes Maritimes



L'éventualité de voir Olivier Bettati, ancien proche de Christian Estrosi, conduire la liste FN dans les Alpes-Maritimes aux prochaines régionales, continue de provoquer des secousses au Front national.
Dimanche, une centaine de militants se sont réunis à Cagnes-sur-Mer pour s'opposer à ce choix et lancer «un avertissement amical» aux responsables du parti.
En parallèle, Georges Confusi, ancien secrétaire national du syndicat Alliance pour les CRS, adhérent depuis deux ans et candidat aux dernières municipales sur la liste de Marie-Christine Arnautu à Nice, vient d'écrire simultanément à Marine Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen et aux militants azuréens.
Auprès de Marine Le Pen, il s'étonne en particulier du retour soudain au Front national...

Lire la suite : Var Matin

Réaction du Président Nicolas Sarkozy à l'annonce du décès de Charles Pasqua




C'est avec une très grande tristesse et une très vive émotion que je viens d’apprendre la disparition de Charles Pasqua.

Gaulliste, homme d'engagement et de convictions, Charles Pasqua aura marqué de son empreinte la vie politique et publique de la Ve République.

Il était l'incarnation d'une certaine idée de la politique et de la France, faite d’engagement, de courage et de convictions.

Ce soir, la France perd l'un de ses plus grands serviteurs.

Patriote dès son plus jeune âge, il s’engage dans la Résistance à l’âge de 15 ans. 

Fidèle à cet engagement, il a été de tous les combats du gaullisme et de tous les partis politiques qui se sont reconnus dans l'action, puis dans l'héritage du général de Gaulle.


Député, puis sénateur et président du conseil général des Hauts-de-Seine jusqu’en 2004, Charles Pasqua a fortement marqué l’histoire de ce département et l’empreinte de son œuvre est présente partout dans ce département. 


Il a ensuite voué son engagement public au service de l’État.


Ministre de l’Intérieur en 1986 du gouvernement de Jacques Chirac, puis en 1993 du gouvernement d’Édouard Balladur, son souvenir reste ancré dans la mémoire de la place Beauvau, par son action de modernisation de la police nationale.


Le mot gaullisme lui allait comme une évidence, car Charles Pasqua n’était pas homme à transiger sur ses convictions notamment sur la construction européenne. Homme de combat, il s’était engagé lors du référendum du traité de Maastricht aux côtés de Philippe Séguin contre son adoption.


Nous le savions affecté par la récente disparition de son fils. Il y a encore peu de jours, en dépit de la fatigue et de la maladie, il avait tenu à participer au congrès fondateur des Républicains, illustrant la vivacité du lien qui l’unissait à notre famille politique.


J'adresse publiquement mes condoléances les plus émues à sa famille et à ceux qui l'ont soutenu et admiré. Je veux leur dire à quel point il aura marqué mon engagement politique.




Nicolas Sarkozy
Président des Républicains


Source : Les Républicains


lundi 29 juin 2015

Charles Pasqua est décédé





Charles Pasqua est décédé brutalement ce lundi 29 juin, à l'âge de 88 ans, des suites d'un accident cardiaque. Une information confirmée au Point.fr par la famille de l'ancien ministre de l'Intérieur, qui nous a fait parvenir ce communiqué...

Lire la suite : Le Point

L'intégrale de l'interview de Nicolas Sarkozy donné en Espagne



« La question pour moi n'est plus aujourd'hui comment sauver la Grèce mais comment sauver la zone euro ! La situation est beaucoup plus grave qu'on ne le dit ».
Invité à inaugurer au côté de José Marié Aznar, ancien président du gouvernement espagnol ( 1996-2004) et ancien président du Parti populaire espagnol (Partido Popular) la 12ème édition du campus de la Fondation FAES à Madrid , le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, a eu l'occasion , ce lundi matin, de donner son sentiment alors que la Grèce est confrontée à une crise majeure. »
Pour Nicolas Sarkozy, le « grand responsable » de la crise actuelle c'est « le Premier ministre grec qui a menti à son peuple et qui veut en faire assumer les conséquences aux autres peuples européens, membres de la zone euro. La Grèce a fait le choix d'un gouvernement qui lui a menti, d'un gouvernement qui a promis des choses qu'elle savait ne pas tenir, d'un gouvernement qui veut tous les avantages de la zone euro et de l'Europe mais qui ne veut en assumer aucune des responsabilités. Que l'Europe, que l'euro donnent le sentiment de céder et c'est toute la crédibilité du système européen qui sera emporté », analyse Nicolas Sarkozy.
Après avoir salué les importants efforts de l'Espagne, du Portugal, de l'Irlande confrontés eux-aussi par le récent passé à une crise budgétaire qui s'est transformée en crise financière, Nicolas Sarkozy s'est demandé ce qu'il en adviendrait de l'Europe « si demain, un gouvernement irresponsable comme le gouvernement grec peut s'exonérer de toute responsabilité et demander aux autres de payer en se moquant du tiers comme du quart ? »
Jugeant cynique, démagogue, irresponsable la démarche du Premier ministre grec qui propose au peuple grec un referendum « sur les propositions qui ont été faites à Bruxelles et qui expliquera dans le referendum les contrepropositions que l'Europe a faites », Nicolas Sarkozy a estimé qu'il ne pouvait y avoir de démocratie ni d'Europe sans règles. « C'est trop facile de dire aux autres : je ne respecte pas les règles, payez pour moi ! »
Plutôt que de miser sur le temps pour que les choses s'arrangent « alors que temps n'arrange rien mais empire les choses », Nicolas Sarkozy a fait part de sa stratégie. De faire de cette épreuve « une opportunité pour accélérer la construction d'une zone euro digne de ce nom avec un gouvernement économique digne de ce nom, la transformation du système monétaire européen en un véritable fonds monétaire européen. J'aimerais, a proposé Nicolas Sarkozy, que l'Europe se dote d'un Fonds monétaire européen qui permette à l'Europe de s'occuper elle-même de ses propres affaires sans avoir à demander à des alliés et à des amis, leur avis et leur soutien ».
Pour lui, face à la Grèce, « le chemin est simple : la Grèce est suspendue tant qu'elle fait confiance à un gouvernement de cette nature. (…) . Le peuple grec a beaucoup souffert. Nous ne pouvons pas les abandonner mais le peuple grec devra choisir : ou l'Europe ou un gouvernement qui veut détruire l'Europe. Ou la solidarité européenne ou la vie, seul. ».
Et d'inviter « sans tarder » les chefs d'Etat et les gouvernements de la zone euro à se réunir « pour imaginer l'avenir, pour adresser un message aux marchés et aux économies du monde entier. La zone euro va faire une opportunité : nous allons accélérer la transformation de la gouvernance et l'intégration des économies européennes pour avoir une zone euro plus solide » dans laquelle les grands pays comme l'Allemagne, l'Espagne, la France doivent prendre toutes leur responsabilité.
Lutte contre le terrorisme : « Daech a déclaré la guerre à la civilisation. La civilisation doit faire la guerre à Daech avec une seule volonté : l'emporter »
Avant d'installer avec le Partido Popular, en compagnie de Mariano Rajoy, président du gouvernement espagnol, des groupes de travail communs avec Les Républicains sur la Réforme de l'Europe et la Politique européenne d'immigration, Nicolas Sarkozy a fait également part de ses convictions en matière d'immigration et de lutte contre le terrorisme.
« Daech a déclaré la guerre à la civilisation. La civilisation doit faire la guerre à Daech avec une seule volonté : l'emporter », a lancé Nicolas Sarkozy au lendemain d'un week-end noir marqué par des attentats terroristes perpétrés au non d'un islamisme radical. « Les démocraties n'ont pas le droit d'être faibles. Ce n'est pas parce que notre modèle d'organisation politique est fondée sur la raison , sur la tolérance , sur les droits de l'homme, sur l'économie de marché, sur le droit de propriété que nous devons être faibles », estime Nicolas Sarkozy pour qui notre modèle doit s'adapter à la réalité d'aujourd'hui.
« En notre sein, dans nos pays, dans notre société existent des gens qui veulent détruire nos pays, notre société, notre civilisation. Peu importe qu'ils soient Français, qu'ils soient Espagnols, ils veulent détruire notre société. Nous ne pouvons pas les laisser faire. Nous devons revoir en profondeur notre appareil sécuritaire. Nous devons prendre la mesure de la menace extérieure avec Daech et de la menace intérieure, nous devons tourner le dos à la naïveté et nous devons prendre les décisions pour protéger mieux nos concitoyens à une guerre intérieure » ; poursuit encore Nicolas Sarkozy.
Pour le président des Républicains, ce combat n'est pas une affaire de droite ou de gauche « mais de courage et de volonté. C'est une affaire de lucidité et de rapidité. Plus nous attendrons, plus les conséquences seront immaîtrisables Accepter d'appeler les choses par leur nom, la guerre de civilisation -non pas qu'ils soient civilisés mais la guerre qu'ils font à notre civilisation-, la menace intérieure, la menace extérieure, le refus absolu de tout amalgame entre l'islam et les jihadistes. Mais également la franchise de reconnaître que chacun doit faire l'effort, y compris les tenants de l'islam, qui ont droit de vivre leur religion mais la République française a le droit de demander à tous des efforts que l'on doit faire pour assurer la concorde, l'entente et la paix civile. » 
Immigration : refonder en profondeur Schengen pour éviter l'explosion du populisme, de la démagogie, des sentiments racistes
Enfin sur l'immigration, ce sujet prend tout son sens depuis l'Espagne séparée du continent africain de 12 km par le détroit de Gibraltar. L'Afrique qui comptabilise 1 milliard d'habitants et qui en comptera 3,2 milliards dans 30 ans. « Dans 30 ans, le Nigeria aura plus d'habitants que les Etats unis d'Amérique. Cette réalité nous interpelle. Est-ce qu'on peut continuer ainsi ? Est-ce que l'on va continuer chaque année à avoir des milliers de gens mourir en Méditerranée parce qu'ils pensent qu'ils peuvent avoir un emploi chez nous », interroge Nicolas Sarkozy.
Pour lui, la solution passe par une transformation en profondeur de Schengen. « Nous devons tourner la page de Schengen 1 pour créer un Schengen 2 dont la base sera que l'on se mette d'accord sur une politique d'immigration commune avant d'abaisser les frontières » entre pays de l'Union européenne. « Cette refondation d'un véritable Schengen apportera à nos populations des réponses aux préoccupations qui sont les leurs. Si nous ne faisons pas cela, comment éviter l'explosion du populisme, l'explosion de la démagogie, l'explosion des sentiments racistes qui sont si éloignés de la civilisation européenne qui est la nôtre », interroge Nicolas Sarkozy.
Le président des Républicains croit à « la liberté de circulation », à « l'abaissement des frontières entre nous » mais « après que nous ayons adopté une politique d'immigration commune. Car, explique Nicolas Sarkozy « si nous n'avons pas une politique d'immigration commune, si nous n'avons pas une harmonie autour de nos prestations sociales, si nous ne sommes pas d'accord de la liste des pays sûrs, si les délais de rétention administratifs ne sont pas les mêmes, alors comment pourrons-nous éviter à l'intérieur de l'Europe où il n'y a plus de frontières, le dumping social, le dumping financier. Nous n'avons pas fait l'Europe pour être plus faibles. Nous avons fait l'Europe pour être plus forts ensemble, pas les uns contre les autres mais ensemble ».
L'occasion pour Nicolas Sarkozy de plaider pour une refondation de l'Europe, d'une Europe différenciée entre l'Europe de l'euro et l'Europe de l'union. « Ces deux Europe doivent obéir à des politiques différentes, pointe Nicolas Sarkozy. Moins de compétences communautaires pour l'Europe de l'union parce qu'à 28 on ne peut pas faire l'intégration comme à 6 et plus d'intégration pour l'Europe de l'euro parce que lorsqu'on a la même monnaie, la même banque centrale on ne peut pas se défaire des liens de solidarité ».
Nicolas Sarkozy était accompagné pour ce voyage consacré à l'installation de groupes de travail entre le Partido Popular et Les Républicains de Michèle Alliot-Marie, Gérald Darmanin, Guillaume Peltier, Damien Abad, Constance Le Grip et Pierre Lequiller.

Estrosi demande des renforts policiers à Nice



Christian Estrosi, député-maire (Les Républicains) de Nice, a demandé au premier ministre Manuel Valls "des renforts policiers afin de garantir la sécurité des habitants et des touristes de la Côte d'Azur", a indiqué l'élu dans un communiqué.

Dans une lettre datée du 27 juin adressée à Manuel Valls, Christian Estrosi précise...

Lire la suite : Le Figaro

Alexis Tsipras, fossoyeur de la solidarité européenne



Communiqué de Françoise Grossetête, députée européenne des Républicains, Vice-Présidente du Groupe PPE :

L'annonce de la tenue d'un référendum le 5 juillet prochain sur le plan d'aide accordé à la Grèce par ses créanciers fait vivement réagir Françoise Grossetête (Députée européenne des Républicains, Vice-Présidente du Groupe PPE) :
"Alexis Tsipras joue un jeu dangereux. Ayant largement écorné sa crédibilité après six mois au pouvoir, il prend son peuple en otage pour légitimer des décisions qu'il n'a pas le courage de prendre lui-même. C'est totalement irresponsable !" a dénoncé la Députée européenne.
"En réalité, la Grèce s'est engagée automatiquement auprès de ses partenaires de la zone euro lorsqu'elle a accepté les 131 milliards d'euros d'aide du Fonds européen de Stabilité Financière, qui lui ont permis de maintenir son économie à flot" a-t-elle expliqué. "Prendre aujourd'hui unilatéralement la décision de ne pas respecter les contreparties, c'est donc un déni de démocratie majeur vis à vis des citoyens français, allemands, qui ont largement contribué, et de tous les citoyens européens qu'un défaut de la Grèce plongerait dans une période d'instabilité économique et géopolitique sans précédent."
"Tsipras monte ainsi les peuples européens les uns contre les autres et souffle sur les braises du ressentiment" a poursuivi Françoise Grossetête. Avant de conclure : "l'Union européenne s'est construite sur la solidarité basée sur une confiance mutuelle entre les peuples d'Europe. En trahissant cette confiance, le gouvernement Tsipras mettrait durablement la Grèce en marge du continent".
Francoise GROSSETETE
Secrétaire Nationale à l'Europe
Députée Européenne



Source : Les Républicains

(Vidéo) Nicolas Sarkozy appelle à une suspension de la négociation avec la Grèce




L'ancien président de la République préconise une action plus énergique de la France face au gouvernement Tsipras.

En déplacement à Madrid pour répondre à l'invitation de l'ancien président du gouvernement espagnol José Maria Aznar qui préside depuis sept ans la Fondation Faes, Nicolas Sarkozy a réagi à l'annonce faite par le premier ministre grec, Alexis Tsipras, de soumettre au référendum les demandes de l'Union européenne. «La question n'est plus comment sauver la Grèce mais comment sauver la zone euro», a lancé l'ancien président de la République. «L'Europe se trouve face à un gouvernement qui a menti (NDLR : gouvernement Tsipras), et si l'Europe se retrouve en situation de céder, ce sera la crédibilité de tout l'édifice européen qui sera en cause».
Nicolas Sarkozy ne cache pas sa perplexité devant l'attentisme français, François Hollande s'étant contenté de se déclarer «disponible»...
Lire la suite : Le Figaro

Drame à Ollioules (Var) : un CRS de 43 ans se suicide avec une arme de service



Un CRS s’est donné la mort, dimanche vers 17h, à Ollioules, dans l’enceinte de la Compagnie républicaine de sécurité 59, a-t-on appris de sources concordantes...

Lire la suite : Var Matin

Marseille : Gaudin favori pour la Métropole



Le sénateur maire (les Républicains) n'avait pas l'intention d'être candidat. Mais il semble être le seul à pouvoir faire consensus pour devenir le premier président de cette structure regroupant 92 communes...
Lire la suite : Le Figaro

dimanche 28 juin 2015

Quand le FN s'acharne sur d'anciens militants - Affaire Portheault : le Front National dépose un pourvoi en cassation



L'affaire de diffamation impliquant d'anciens militants du FN et notre rédacteur en chef, Pascal Pallas, va être examinée par la Cour de Cassation.
On serait presque tenté de parler d’acharnement. Débouté en première en instance puis à nouveau éconduit en appel, le Front National persiste dans sa démarche contre d’anciens militants frontistes qui avaient dénoncé les dérives racistes de certains sympathisants.

Suite à la plainte qu’avait déposée le FN à l’encontre des époux Portheault, le juge d’instruction avait étendu cette dernière au journaliste auteur de l’article, le rédacteur en chef de Côté Toulouse, Pascal Pallas. Cité à comparaitre pour « complicité de diffamation », Pascal Pallas a été relaxé en première instance ainsi qu’en appel...


Lire la suite : Actu coté Toulouse



Certains, pour semer la terreur répandent une fausse rumeur sordide : Quand la fausse rumeur d'un meurtre à Brignoles enflamme les réseaux sociaux


Photo d'illustration

Dans la nuit de vendredi à samedi, une personne aurait été tuée, voire décapitée, rue de Cavaillon, à Brignoles.
Plusieurs témoins auraient même aperçu la police scientifique sur les lieux du supposé homicide.
Ces faits ont été largement relayés sur les réseaux sociaux depuis lors.
Pour, au final, n’être qu’une rumeur sordide...

Lire la suite : Var Matin

Var : l'élue FN de Vidauban démissionne (à lire jusqu'au bout)



Devant quitter la commune, Christine Desmet, seule représentante du Front national, a démissionné de ses fonctions de conseillère municipale.
Les dernières élections municipales ont vu le maire Claude Pianetti reconduit pour un nouveau mandat avec son équipe de "Vidauban demain". Le groupe divers gauche de Fabrice Gomez "Ensemble pour Vidauban" repartait dans l’opposition avec deux élus...

Lire la suite : Var Matin

Vaucluse : Emile Cavasino, l'ancien secrétaire départemental du Front national, démissionne du parti


Émile Cavasino vient de claquer la porte du Front national. C’est en tout cas ce qu’il a annoncé hier sur Twitter. Il a aussi publié sur le site Internet Laflamme.fr une lettre ouverte à Marine Le Pen.
L’ancien secrétaire départemental du FN84, et actuellement élu d’opposition à L’Isle-sur-la-Sorgue, était encarté depuis vingt ans au FN. Il indique dans sa lettre ne pas vouloir renouveler sa carte en juillet, et se retirer de toute activité militante...
Lire la suite : Le Dauphiné

Pyrénées Orientales : 10 km linéaires brûlés le long de la voie ferrée suite au passage du train




Tout s'est emballé ce vendredi en fin de journée quand le centre opérationnel des pompiers a commencé à crouler sous les appels de témoins signalant de multiples incendies dans les secteurs d'Argelès-sur-Mer, Palau-del-Vidre, Elne et jusqu'à l'entrée de Perpignan. Tous étant curieusement localisés en bordure de la voie ferrée. Très rapidement, ce ne sont pas moins d'une vingtaine de départs de feu qui ont été recensés...


Lire la suite : L'Indépendant


La poudre colorante s’embrase dans un parc aquatique de Taïwan : 500 blessés dont 200 graves




Des centaines de jeunes gens ont été brûlés, dont près de 200 grièvement, samedi dans un parc aquatique à Taïwan lorsque de la poudre colorante projetée sur la foule s’est embrasée, provoquant ce que des témoins ont décrit comme un «enfer» de feu...

Lire la suite : Le Dauphiné


samedi 27 juin 2015

Attentat en Isère : le chef de l'opposition, Nicolas Sarkozy, réclame un "niveau de vigilance rehaussé" et demande au gouvernement de prendre toutes les mesures indispensables pour assurer la protection de nos compatriotes



Après l'attentat commis dans une usine en Isère, le chef de l'opposition Nicolas Sarkozy réclame un "niveau de vigilance rehaussé".
Le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, a réclamé ce vendredi 26 juin "solennellement" au gouvernement "de faire toute la lumière" sur les circonstances de l'attentat en Isère et de tirer impérativement toutes les leçons de ce nouvel attentat, en rehaussant notre niveau de vigilance". L'ancien chef de l'État en profite pour rappeler que son parti appelle "depuis plusieurs semaines" le gouvernement "à prendre toutes les mesures indispensables pour assurer la protection de nos compatriotes, dans la continuité des propositions que nous avions formulées"

Nicolas Sarkozy se veut également combatif et déterminé face à une telle attaque : "Par son message, sa mise en scène macabre et sanglante, le ou les auteurs de cet attentat ont déclaré la guerre non seulement à la République et à la démocratie mais à la civilisation". "Nous avons le devoir de nous défendre avec la plus grande détermination. C’est le combat de tous les Républicains"...


Lire la suite : RTL

A Marseille, bientôt une brigade de nuit de la police municipale : Caroline Pozmentier adjointe à la sécurité présente le dossier



C’est une première depuis la création de la police municipale en 1975. Une brigade de nuit armée de la police municipale devrait être mise en place à l’été 2016. Elle sera composée de 46 policiers municipaux volontaires, sur les 420 agents actuels, travaillant de 18 heures à quatre heures du matin...
Lire la suite : 20 Minutes

Toulon : les bateaux de croisière pourront bientôt faire escale sans accoster




Source : Philippe Vitel